Ouverture de NEMO

Aujourd’hui déplacement avec les étudiants du studio pour l’ouverture de la Biennale NEMO au 104 !

Workshop de rentrée avec Adelin Schweitzer

Du 23 au 27 septembre,  workshop de rentrée avec Adelin Schweitzer membre du laboratoire nomade Deletere, qui sera en résidence toute l’année au sein du Laboratoire Modulaire de l’esam.

Les Dronards © Gaetan Bailly

Né en 1978, Adelin Schweitzer vit et travaille à Marseille. Diplômé en 2004 de l’École Supérieure d’Art d’Aix-en-Provence il poursuit depuis une carrière d’artiste polymorphe à la croisée des chemins entre performances immersives, expérimentations audiovisuelles et nouvelles technologies. Du Rimini Protokoll en passant par Tinguely, Marc Pauline du S.R.L. ou bien encore Stelarc, Adelin s’inscrit dans une filiation artistique d’avant-garde. Puisant dans les imaginaires de la science-fiction et des sciences cognitives l’artiste trace au fils du temps les contours d’un univers prospectif singulier.

Deletere est un laboratoire nomade au sein duquel la recherche se concentre sur les nouvelles technologies en tant que médium artistique. Résolument transversale, l’association produit et diffuse essentiellement des œuvres et des performances multimédia qui interroge le public sur sa relation aux Machines. Fondée à Marseille en 2013, deletere abrite désormais un collectif d’artistes et de techniciens réunis leur complémentarité technique et leur curiosité pour ce médium.

Adelin Schweitzer (directeur artistique et techno-chaman), Naoyuki Tanaka alias NAO (Performeur et programmeur multiplateforme), Grégoire Lauvin (Plasticien et électronicien), Lucien Gaudion (Plasticien et compositeur), Gaëtan Parseihian (Chercheur en acoustique et musicien).

http://deletere.org

Workshop Crash !

Workshop « Crash » au Studio Modulaire avec Paul Duncombe.

À travers une réflexion singulière portée sur les interactions entre les êtres humains et la nature, Paul Duncombe (né en 1987 à Caen) explore les différentes échelles dupaysage. Ses recherches successives, sur les banquises du Labrador, les tempêtes en mer Celtique, les forêts boréales, ou encore les terres irradiées de Fukushima, visent les mécanismes contingents qui lient ces vastes territoires avec les créaturesqui s’y développent et les éléments infinitésimaux qui les composent. À partir d’un travail photographique in situ puis de séries d’expérimentations méthodiques conduites en atelier ou en laboratoire, ses projets mettent alors en relation la simplicité apparente des oeuvres de la nature avec la technicité croissante des sociétés modernes.

Du simple geste aux installations monumentales les plus complexes, entre performances, sculptures minimales et interventions sur site, son travail traverse les frontières et les disciplines. Que ce soit pour l’organisation d’une expédition sur un lac gelé (Sur Fond Blanc, 2015) ou pour la production d’une oeuvre électronique expérimentale dans le Grand Accélérateur National d’Ions Lourds (Nova Stella, 2018),ses recherches l’ont mené à collaborer avec de nombreux artistes, ingénieurs et artisans mais aussi avec des biologistes, des archéologues, des astrophysiciens, des guides de haute montagne ou encore l’armée, multipliant ainsi les points de vue et les expériences.

Diplômé de l’École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs de Paris en 2014, Paul Duncombe développe et expose de nombreux projets en France et à l’étranger:Unicorn Center for Art (Beijing, 2018), 63ème Salon de Montrouge (Paris, 2018), Interstice – Rencontre des Inclassables (La Station Mir, Caen, 2018), Shelter (La Vallée, Bruxelles, 2017), Appareiller (Palais de Tokyo, Paris, 2017), Jeune Création 66 (Galerie Thaddaeus Ropac, Paris-Pantin, 2016), Apex (Les Ateliers Vortex, Dijon, 2016), Détours (Voyons- Voir, Aix-en-Provence, 2016), Est-Nord-Est (Saint-Jean-Port-Joli, Québec, 2015), Sur Fond Blanc (Avatar – Coopérative Méduse, Québec, 2015), Sunken Wall (Kyoto Art Center, Kyoto, 2012).

Visite ArtScience Interfaculty

Visite du département ArtScience Interfaculty qui dépend à la fois du Royal Conservatoire et de la Royal Academy for Fine Arts à La Haye (Hollande) en prévision du programme d’échange et de workshops à venir avec le Studio Modulaire. Avec Robert Pravda et Kasper Van Der Horst.

L’Interfaculté ArtScience offre un programme interdisciplinaire de baccalauréat et de maîtrise qui encourage la recherche axée sur la curiosité en tant qu’approche de la création artistique. Le programme considère l’art et la science comme un continuum et encourage le développement de nouvelles formes d’art et de langages artistiques. L’Interfaculté ArtScience est intégrée au Conservatoire Royal et à l’Académie Royale des Beaux-Arts de La Haye, aux Pays-Bas.

Située entre l’Académie Royale des Beaux-Arts et le Conservatoire Royal de La Haye, l’interfaculté ArtScience collabore étroitement avec le programme MSc de l’Académie des Arts Créatifs et du Spectacle et des Technologies des Médias de l’Université de Leiden. ArtScience a une orientation interdisciplinaire qui recoupe les domaines existants de la musique, des arts visuels, des arts médiatiques, des sciences humaines et des sciences naturelles. Le personnel provient d’une variété de cultures et de disciplines artistiques et est unique en son genre.

L’étude stimule les élèves à s’interroger et à réfléchir sur les développements réels autour de nous. Cela inclut les développements dans le domaine des arts et des sciences ainsi que les développements technologiques, sociaux et politiques. Nous sommes intéressés par de nouvelles formes d’art, de nouvelles méthodes de présentation et de nouveaux lieux de présentation. Ce faisant, nous mettons les élèves au défi de s’interroger sur ce que pourraient être les formes d’art de l’avenir.