SO2020

Initiatives et collaborations Arts/sciences
Une proposition du Laboratoire Modulaire de l’ésam Caen/Cherbourg
 
Félicie d’Estienne d’Orves
Artiste plasticienne, vit et travaille à Paris.

Le travail de Félicie d’Estienne d’Orves interroge le processus de la vision et le conditionnement du regard. Ses installations font appel à une connaissance phénoménologique du réel, elles soulignent la perception du temps dans un mouvement continu.

Depuis 2014, l’artiste concentre sa recherche sur l’espace astrophysique et l’étude des cycles de lumière naturelle.

Son travail a été présenté au Centre Pompidou (Paris) – Nuit Blanche – Le Centquatre / Nemo, Biennale Internationale des arts numériques  (Paris) – New Art Space / Sonic Acts (Amsterdam) – Watermans Arts Center (Londres) – OCAT (Shanghai) –  ICAS (Dresde) – BIAN (Montréal) – Aram Art Muséum (Goyang /Corée).

Félicie d’Estienne d’Orves est actuellement en résidence de création à Caen. Elle collabore avec des chercheurs du GANIL (grand accélérateur national d’ions lourds) afin de produire l’installation « KALACHAKRA » qui sera présentée à l’église St-Nicolas dans le cadre du festival ]interstice[ et de Normandie Impressionniste. Le principe général du projet est d’interroger la réalité de la matière et d’explorer des liens entre la physique contemporaine de l’atome et la philosophie ancestrale du bouddhisme tibétain. Le projet est une interprétation abstraite du mandala tibétain et de ses caractéristiques formelles et philosophiques.
 
Léonor Rey
Artiste et chargée de production dans l’art contemporain, fondatrice et directrice de POROSITY
Diplômée en 2008 de l’École nationale supérieure des beaux-arts de Lyon (DNAP et CESAP) et titulaire en 2011 d’un Master 2 professionnel « Métiers des Arts et de la Culture » (Université Louis-Lumière Lyon II), Léonor Rey questionne très vite le statut et la place de l’artiste contemporain dans la société, ainsi que son interconnexion aux autres domaines professionnels – notamment au milieu entrepreneurial (elle consacre trois mémoires à ces sujets, consultables ici : www.leonorrey.fr).
Elle travaille au sein de plusieurs structures culturelles (Galerie Analix Forever à Genève, Centre d’art du Fort du Bruissin à Francheville, Biennale d’art contemporain de Lyon, Institut d’art contemporain de Villeurbanne…) avant de rejoindre en 2014 le studio de production de l’artiste Pierre Huyghe, à Paris puis à New York. En tant que chargée de projets, elle contribue pendant deux ans à la conception et à la fabrication des œuvres de l’artiste ainsi qu’à ses expositions, mettant provisoirement entre parenthèses sa propre pratique artistique.
De retour en France en 2016, Léonor Rey travaille à la Biennale d’art contemporain de Lyon au sein du projet Veduta, et coordonne en parallèle POROSITY dont elle est la fondatrice. Elle réalise également du suivi de production en indépendant auprès d’artistes, et intervient ponctuellement dans des colloques et séminaires universitaires.
L’idée de POROSITY est née en 2016. Elle s’inscrit à la suite de plusieurs années de réflexion et de recherches sociologiques sur le statut de l’artiste contemporain dans la société, et ses liens à la notion de travail. Le milieu artistique international voit alors se développer de plus en plus d’initiatives et de collaborations entre les domaines des arts et des sciences. Léonor Rey en fait l’expérience auprès de Pierre Huyghe, dont la réflexion s’oriente de manière accrue vers le champ scientifique et les nouvelles technologies.
C’est ainsi qu’en 2 ans, plus d’une vingtaine de scientifiques et ingénieurs sont associés, à travers le monde, aux productions de l’artiste. 
Identifier et mobiliser des personnalités et des savoir-faire extérieurs s’avère indispensable. C’est un travail intense et chronophage, mais le résultat est à l’image de ce qui rejoint artistes, scientifiques et ingénieurs : aller plus loin dans la recherche, nourrir la réflexion et créer de nouvelles formes.
Cela amène alors Léonor Rey à imaginer un moyen de faciliter ces investigations pour les artistes, qu’ils aient ou non une équipe de production à leurs côtés, et de permettre aux chercheurs d’associer un artiste à leurs recherches ; un outil au service de la création artistique internationale : POROSITY.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s